Croix ne souhaite pas jouer au Stadium jugé coûteux

Fabien

Tout le monde s’attend à cette rencontre, mais rien n’est sûr pour l’instant car rien n’a été confirmé sur sa tenue dans la région. Dans le cadre de la 32e journée de finale de la Coupe de France, le club la Croix pourrait affronter les Verts de Saint-Étienne, mais le club amateur n’envisage pas encore jouer dans le Nord le 7 ou le 8 janvier.

Comme son terrain ne remplit pas toutes les conditions, le club doit se rendre au stadium de Villeneuve d’Ascq pour jouer.

Cependant, cela ne plaît pas aux dirigeants de la Croix qui ont proposé à leurs futurs adversaires de jouer dans le stade Geoffroy-Guichard.

Croix refuse de jouer au Stadium

Le Président de l’Iris Club de Croix, Patrice Weynants, explique que ce choix est d’abord d’ordre économique. « Nous ne sommes pas motivés d’aller disputer ce match au Stadium. C’est un stade qui appartient à une communauté que nous devons louer à pratiquement 8000 euros, alors que nous avons payé des impôts pour ce stade. Tandis que notre club appartient à la métropole européenne de Lille est plus est ne nous accorde aucune allocation préférant aider les clubs prestigieux » souligne, le patron énervé.

Trop cher

Une affaire qui revient à chaque fois. A part les frais du stade additionné aux coûts relatifs à la sécurité il faut maintenant payer pratiquement 30 000 euros pour espérer utiliser le stadium. Un montant trop cher pour les clubs amateurs qui ne sont pas riches. Malgré une participation aux 32e de finale ils bénéficient d’une prime de 35.000 euros que leur verse la fédération française.

Alors que Marcq-en-Barœul y avait joué contre Lens au septième tour de la Coupe de France, Wasquehal par contre, avait préféré jouer contre les Sang et Or à Bollaert au 8e tour.
Ce que choisi le club de Villeneuve-d’Ascq qui a affronté Reims à domicile le week-end passé dans son petit stade Jean-Jacques, en vue de réduire les frais.

En clair, le Stadium est refusé à cause de son coût et Croix n’est pas l’unique club à le revendiqué. A part la location, il faut payer les salons de réception, le nettoyage, les jardiniers, la sono, l’électricien, le concierge, c’est trop cher, déclare Patrice Weynants qui s’attend par ailleurs à ce que la MEL régisse favorablement à leur demande.