François Hollande fait ses confidences sur sa candidature en 2017

Fabien

Fabien

, Politique

Attendu depuis longtemps sur le sujet de sa supposée candidature à la présidentielle de 2017, François Hollande est enfin sorti de son silence. Il avoue qu’il veut se présenter à nouveau mais il à condition qu’il soit possible qu’il remporte la présidentielle. Il évoque cela dans un livre rédigé par les journalistes Antonin André et Karim Rissouli, disponible ce 19 août en librairie. « je sais ce que s’est que passé vie sans avoir une vie personnelle… Mais j’ai cette envie. C’est mon attirance personnelle », a-t-il révélé dans les lignes du livre intitulé Conversations privées avec le président aux Éditions Albin Michel.

« Il me sera impossible de choisir une candidature, si elle ne conduit pas vers une victoire », poursuit le chef de l’État Il affiche un air partagé et parle de son âge : « dès qu’on entre dans la soixantaine, les années changent. Je suis aussi conscient du poids de cette responsabilité. Il est vrai que ça pourrait être aussi une délivrance de partir… », de l’Élysée. Et d’ailleurs : « Si je perds, je mettrais fin à ma carrière politique. »

Laisser une trace

A la question portant sur ce qu’il pense de son bilan, il met en avant les « valeurs » dont il est porté défenseur. « la présidentielle de 2017 reposera aussi sur les valeurs. On ne choisit pas un président pour ce qu’il a fait de moins, mais plutôt sur le fait qu’il a pu défendre le pays ».

Il juge avoir gérer le pays en envoyant l’armée française au Mali, en Centrafrique pour lutter contre les djihadistes, pour lui il est « devenu les français l’ont regardé comme un président » au cours des attentats qui ont touché la France en 2015 et en 2016.

Le chef de l’État pense que son nom restera dans l’histoire avec ces problèmes de terrorisme et celle du mariage pour tous, la loi Macron. « Quand cette question est résolue, il est possible de continuer simultanément il ne s’agit pas d’une tragédie si ça prend fin. Ce qui est dramatique c’est quand vous abandonnez en cours de route et que ce que vous avez fait disparaît tout seul » ajoute-t-il.

« Je n’ai pas eu de bol !»

Quand on ouvre le livre, il parle de cette révélation aux journalistes en novembre 2013 : « C’est compliqué, bien sûr que c’est difficile. Encore plus difficile que ce à quoi à j’avais pensé. »