Orange et Bouygues Telecom la rumeur se confirme progressivement

Fabien

Fabien

, Actualité

Ce mardi, Orange et Bouygues ont annoncé dans deux communiqués différents qu’ils ont entamé des discussions pour une fusion prochaine.

Les pourparlers évoqués au cours des fêtes semblent se confirmées. Orange et Bouygues ont certifié ce mardi dans deux communiqués différents être en « discussions » pour un rapprochement entre l’opérateur historique et Bouygues Telecom.

« Un accord de confidentialité a été signé ce jour (mardi) par Bouygues et Orange », énonce le groupe industriel et de construction à la tête duquel se trouve Martin Bouygues, authentifiant une information fournie par le JDD, tandis qu’Orange argue « la reprise de discussions préliminaires avec le groupe Bouygues ».

« À ce jour, aucune décision n’a été prise et rien ne garantit l’issue de ces discussions préliminaires », garantis cependant Bouygues. Orange dis en en plus de cela que ces discussions ne sont « pas contraintes par un calendrier particulier et ne s’engagent pas sur un schéma prédéfini ». Le groupe indique aussi que s’il parcoure « les opportunités du paysage français des télécoms », « ses investissements et ses positions lui permettent une totale indépendance ».

Olivier Roussat, le pdg de Bouygues Telecom, devait discuter avec les salariés ce matin pour la classique cérémonie des vœux. Il profitera donc de cette occasion pour lire les déclarations du groupe Bouygues ce matin. Inutile de faire perdurer le suspense et de laisser les salariés dans l’attente, pendant que la presse expose depuis près d’un mois maintenant l’existence d’entretiens avec Orange et les évolutions du projet.

D’après plusieurs sources, TF1 ne serait pas concernées par les discussions ce qui vient démentir les rumeurs.

Un nouveau groupe face à Free et SFR-Numericable

La presse évoquait déjà les avancées de discussions entre Orange et Bouygues pour un rapprochement entre les deux opérateurs depuis un mois. Cependant, cette fusion est soumise à l’acceptation des autorités de la concurrence en France et à Bruxelles. Si cela venait à se conclure par un succès, la France compterait désormais trois opérateurs au lieu de trois dans l’Hexagone, qui ferait face à l’opérateur à prix cassé Free et à SFR-Numericable sur l’un des marchés où la concurrence est la plus présente en Europe.